jeudi 20 mars 2014

Youpi!

C'est le premier mot qui m'est venu à l'esprit en ouvrant mes mails ce jour-là.
Pour ceux qui ne le sauraient pas, être auteur jeunesse, c'est être à l'école de la patience.
On envoie des projets auxquels on croit dur comme fer, pour lesquels on a donné sans compter ses heures, ses cartouches d'encre, ses feuilles A4, sacrifié des balades entre copines et des soirées avec ses enfants... On a lu... beaucoup, on s'est renseigné... méchamment, on a consulté des dossiers... hyper complexes, des articles... carrément abscons, des essais... savamment arides, bref, on a ingurgité toute une littérature qui, une fois digérée, est retranscrite par nos neurones survoltés sous une forme originale, du moins c'est ce que l'on espère!
Dès que le projet est prêt, il faut lui trouver un nid douillet à partir duquel il pourra prendre son envol.
On l'envoie à l'éditeur dont on pense que les publications correspondent à ce travail, et l'on s'arme de patience... L'attente peut être longue, parfois des mois, quelquefois plus d'une année sans se décourager, car entre-temps, on travaille sur un autre projet. Mêmes ingrédients, même détermination, mêmes espoirs. On est à fond dedans, on ne pense plus qu'à ça, on s'instruit, on écrit, on peaufine, on fignole, parfois aussi, on jette, et l'on reprend du début, on est en pleine euphorie créative, tout excité par le nouvel angle que l'on vient de trouver, doigts gourds, yeux rougis, activité cérébrale soutenue, quand un jour, la boîte mail nous annonce que nous avons reçu un nouveau message... Là, on laisse éclater sa joie!
(à suivre...)
En un éternel recommencement, le soleil se lève sur Abou Simbel ce matin de Pâques 2010

23 commentaires:

  1. Ahhhhh mais pourquoi tu fais ça ??? Le suspense est insoutenable !!! Tes mots m'ont embarquée, j'y ai cru ! J'ai cru que tu nous raconterais TOUT !

    RépondreSupprimer
  2. Haha ! Comme Aurélie... Je me suis laissée embarquée par tes mots. Je m'y suis même reconnue et puis... Pfff !
    T'as pas un petit côté vicieuse toi ?

    RépondreSupprimer
  3. De quoi, de quoi?!!! Non mais des fois, je... Crrr! Voilà, na!

    RépondreSupprimer
  4. Vengeance ! Tu veux nous faire attendre aussi… Mais pas une année, non, non, quelques jours, pas plus !

    RépondreSupprimer
  5. mais oui c'est pas possible ça de nous laisser en l'air avec rien autour ! J'ai le vertiiiiiiiige ! viiiiite dis nous tout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Va falloir attendre, ma p'tite dame! (Si ça ne dépendait que de moi...)

      Supprimer
    2. Dis donc, c'est quoi cette arnaque ?! ON VEUT savoir, on DOIT savoir ! :D

      Supprimer
    3. Ne me dis pas que tu n'es pas d'accord avec ma magnifique description du métier?!!! (Pour le reste, les précisions viendront en leur temps...)

      Supprimer
  6. respect pour le métier et le suspens !!!!!!!!!
    tu maîtrises bien la chose !
    à nous d'être patient (encoooore) ;)

    RépondreSupprimer
  7. La patience n'est pas seulement une vertu pour les auteurs/illustrateurs, c'est aussi UNE ÉNORME PRESSION PSYCHOLOGIQUE - en avoir ou pas, that is the question - !!! ( à force d'attendre, j'en connais qui perdent le sommeil, et sombrent dans la mélancolie... Y'en a même qui se fossilisent sur place!) Gérer l'attente, apprendre la patience, ça devrait être une matière à part entière dans les facs.

    RépondreSupprimer
  8. Oh, vilaine, tu nous fais languir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'habitude, c'est ma belle-mère qui m'appelle vilaine!!! (Pour rire, du moins j'ose l'espérer...)

      Supprimer
  9. J'aime beaucoup ta façon de décrire cette phase de création, où on est en pleine ébullition. C'est exactement ça !

    Et bravo pour le mail qui t'a donné le sourire !

    RépondreSupprimer
  10. Super patience, super nouvelle et super suspens !

    RépondreSupprimer
  11. Super montée en pression, en tout cas!

    RépondreSupprimer