samedi 8 novembre 2014

Une semaine bien chargée

Bonjour les amis! Au cas où vous vous demanderiez à quoi j'ai bien pu occuper les 168 longues heures que comporte la semaine à part dormir, manger, aller au petit coin (si, si, je vous assure que les auteurs ont ce genre de besoins comme tout le monde), je retiendrais deux mots pour vous répondre: écriture et rencontres.
Bon, c'est un peu court, je vous l'accorde. Vous en voulez plus? Sacrés vous! Et le mot magique, alors?!... Allez, puisque c'est si gentiment demandé, je développe:
Je me suis plongée dans l'écriture d'un nouveau roman animalier plutôt drôle tout en abordant des questions délicates voire cruelles, telles que... l'exploitation des travailleurs et la mort! Pour savoir comment je compte vous faire rire avec ça, vous devrez attendre encore un peu: j'ai 80 000 signes à écrire et surtout un éditeur à convaincre! (Et ce n'est pas une mince affaire. Je vous renvoie à l'excellent billet d'Anne-Gaëlle Balpe sur le risque que prend un auteur à entamer un texte - de roman notamment - , en cliquant ici.)
Entre deux, j'ai eu des devoirs à faire: une éditrice m'a demandé des textes pour crèches et écoles maternelles. Affaire à suivre...
Quant à vous parler des rencontres, un seul billet suffira-t-il? Allez, je me lance...
Mercredi, j'ai été invitée par la bibliothèque du CER de Béziers pour animer un atelier autour des expressions racontées et expliquées aux enfants. Souvenez-vous, il s'agit de cet album:
© Rue des enfants
Ninon, Célia, Mathilde Bleue, Mathilde Rose, Basile, Mathieu et Timothée m'attendaient sagement pour entreprendre ce périple au pays de la langue française. Après avoir parlé du pourquoi du comment de mon album, nous avons inventé de nouvelles expressions à partir du mot "pied". Morceaux choisis:
"Se lever du pied droit" signifie se lever de bonne humeur.
"Avoir un pied comme animal de compagnie": avoir un animal de compagnie particulièrement collant / qui nous suit partout.
"Avoir des pieds de grenouille": ne pas tenir en place, sautiller.
"Avoir les pieds en fleur": avoir des blessures / des ampoules aux pieds.
Bref, on s'est assoupli l'esprit et l'on a bien ri!

Ensuite, chaque enfant a concocté une histoire grâce à mes casseroles qui regorgeaient de personnages, de lieux et de mots imposés. Ambiance, ambiance!


Ils ont bien remué leurs méninges et chacun a mitonné sa propre histoire. Je vous laisse voir...








Toutes plus surprenantes et imaginatives les unes que les autres, pas vrai?! Un grand bravo à ces auteurs-illustrateurs en herbe! Et un grand merci à Ethel d'avoir pensé à moi pour cet atelier.

La semaine n'avait pas fini de m'apporter son lot de belles rencontres: hier soir, la 1ère nuit des métiers à Montpellier a accueilli 1500 étudiants en 6 heures ! Bouteille d'eau de rigueur.
De nombreux jeunes sont passés me voir pour poser des questions très pertinentes sur les métiers de l'édition. Figurez-vous qu'il y avait même une queue sur mon stand, un stand que je partageais avec Jean-Pierre Abizanda du Festival du Cinéma Méditerranéen de Montpellier.
Là, c'est nous!
Mais il n'est de bonne compagnie qui ne se quitte, alors, je vous donne RDV pour de nouvelles aventures jeunesse dans un prochain épisode...


6 commentaires:

  1. ah mais t'as des casseroles toi ? Je te présenterai ma marmite ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De mon côté, j'ai un saladier, une casserole à fondue, une casserole normale - à coquillettes, donc -; à nous deux, on peut se faire une sacrée soirée!!!

      Supprimer
  2. je croise les doigts pour ton projet et bravo pour ton atelier d'écriture : très rigolo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Véronique, ça avance doucement, mais sûrement!

      Supprimer