samedi 19 septembre 2015

On ne le dira jamais assez

Est-il encore besoin de préciser que notre profession est en danger?
Pourquoi? Les publications croissent, les livres se vendent moins, les rémunérations diminuent. Vous comprenez aisément le cercle vicieux. Les auteurs subissent de plein fouet la course à la publication, travers de notre société de consommation
La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse monte au créneau et lance une pétition.
Quelque soit votre profession, vous pouvez la signer! C'est ici: http://la-charte.fr/magazine/actualites/article/signons-la-petition-les-auteurs-et
Alors, amateurs de lecture, n'hésitez pas: soutenez le mouvement!
Pour mieux comprendre de quoi il est question, voici l'interview que Carole Trébor, présidente de la Charte, a accordé à Livres Hebdo du 11 septembre 2015:

Les 3 points de la Charte Selon Carole Trébor, présidente de La Charte des auteurs et des illustrateurs pour la jeunesse,

 "Certains auteurs sont dans une vraie misère".

La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse fête ses 40 ans, le 21 septembre au CNL, avec une table ronde sur le thème "Les auteurs jeunesse, vecteurs de la lecture chez les jeunes". Animée par sa présidente, Carole Trébor, c’est l’une des initiatives de l’association en réponse aux dossiers "lourds" qu’elle doit traiter.

• "Les droits d’auteur et la rémunération sont notre préoccupation première. Il n’y a pas de légitimité ni économique, ni éthique à ce que les auteurs pour la jeunesse soient payés entre 6 et 8 % alors que les auteurs pour adultes touchent entre 8 et 12 %", précise Carole Trébor, pour qui "certains auteurs sont dans une vraie misère, y compris les bons vendeurs". Après une manifestation au Salon de Montreuil pour sensibiliser les professionnels, Carole Trébor, Marie Pavlenko et Valentine Goby ont rédigé une tribune sur le site de L’Obs au moment de Lire en short, en juillet dernier. Dans le même esprit, la Charte prépare un marque-page avec les pourcentages qui reviennent à chacun des acteurs de la chaîne du livre. L’association, soutenue par le CNL, multiplie aussi les partenariats avec les libraires et la Fédération des salons et fêtes du livre de jeunesse. "Nous créons des liens qui nous permettront d’imaginer des actions en direction du public", insiste la présidente.

• Plus social, le deuxième dossier porte sur la retraite complémentaire. Une directive européenne impose une cotisation de 8 % pour tout le monde, trop lourde pour les auteurs à faible revenu. La Charte milite pour une cotisation proportionnelle, aux côtés du Syndicat national des auteurs et des compositeurs et de la Société des gens de lettres.

• Enfin, le troisième point est la valorisation de la littérature pour la jeunesse. La Charte organise chaque année pour les jeunes auteurs un voyage à la Foire du livre de Bologne. Elle propose aussi des conférences et réalise des vidéos de 3 minutes de portraits d’auteurs et d’illustrateurs, qu’elle met en ligne sur son site et sur YouTube. Elle prépare aussi pour 2016 des vidéos tutorielles, pour expliquer comment rémunérer un auteur sur un salon, comment l’accueillir, comment réaliser une exposition, œuvrant ainsi à la professionnalisation des auteurs. Claude Combet

4 commentaires:

  1. Clara en parlera aux libraires chez qui elle compte faire son stage de 3ème… et je vais de ce pas, signer la pétition!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Christel, chaque signature est importante.

      Supprimer
  2. Signée aussi et partagée !
    On espère maintenant qu'elle aura un grand succès.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Espérons: après tout, nous sommes un poumon économique important!

      Supprimer